Ça devient compliqué Bordeaux….

Ça devient compliqué Bordeaux….

Quand on rêve de profiter de la si largement vantée qualité de vie bordelaise, il convient de se poser les bonnes questions.

La problématique du travail est essentielle, difficile en effet d’envisager une nouvelle vie sans boulot.

Vient ensuite la question du logement. Où s’installer et comment trouver sa maison, son appart dans une ville qui offre si peu de locations longue durée et dont le marché de la vente a un turn over faible. Le centre-ville est de plus en plus la proie d’investisseurs qui ne vont pas arranger les affaires des néo arrivants et des autres.

Avec un bon réseau bordelais et un porte-monnaie bien garni c’est déjà très ardu de se loger. Je vous laisse imaginer ce qu’il en est pour les autres !!

Un nouveau sujet, autrefois raisonnablement maitrisée, s’invite désormais : C’est la problématique des écoles. Rien ne garantit forcément une place dans votre école publique de quartier si celle-ci est très demandée. Par ailleurs, intégrer une école bordelaise privée sans réseau relève du défi. Y aurait-il trop d’habitants à Bordeaux au regard du nombre de places dans les collèges et lycées.

Est-il normal de devoir inscrire ses enfants un an à l’avance pour avoir une chance de prétendre se scolariser ?

Et après ????

Appartenir à un club de sport sympa va-t-il devenir aussi compliqué que la scolarité, le logement, et le travail ?

Va-t-on devoir se mettre sur liste d’attente très en avance pour intégrer une école de musique de quartier, un conservatoire, un cours de pilates, ou une place dans un club de natation ou de rugby ?

Va-t-on enfin aligner Equipements et Attractivité ?

 

 

 

 

 

Guillemette Bardinet
Share
This