PARISIEN: TON IMPATIENCE, TES EXIGENCES (IN)UTILES, TA FRAICHEUR

Parisien branché, tu arrives avec tes exigences. Tu as été gâté car la capitale regorge de presque tout d’un point de vue strictement matériel. Notre statut de provincial nous avait cantonné à une certaine patience, mais toi il te faut tout, et vite : Yoga ashram, pilates, petits créateurs, traiteur italien, resto thaï, lieux branchés, cafés brunchs, soldes presses, vides dressing, petits commerces …etc

Ce que Bordeaux ne t’offre pas :

  • Soit tu l’importes et parfois ça te fait même un job ! Mais pour ça il faut que la greffe prenne, qu’on le ressente ce besoin qu’on n’avait pas avant toi. On a par exemple vite compris et intégré que ta messe et ton repas de famille du dimanche à toi c’est le Brunch, mais pour d’autres choses c’est plus long ou ça ne prend pas.
  • Soit tu te résignes et tu patientes car tout arrive en décalé, ou pas. Et si tout va bien avec le temps tu te dis que finalement tu n’en as pas un besoin impérieux de toute cette tendance. Tu te fais philosophe, patient, bordelais quoi, et tu pars voir la mer et tant pis pour le brunch, tu grignoteras du pâté avec des huitres et un verre de blanc, TÉ !

Parfois, cas extrême tu déchantes et penses à repartir car la peur, que dis-je la terreur du constat de ta néo-provincialité te guette.

Et là BGV ne peut rien pour toi !

 

Guillemette Bardinet
Share
This