Son Bordeaux du TAC au TAC par Alexandra SIARRI

Alexandra Siarri, adjointe au maire de Bordeaux, en charge de la cohésion sociale et territoriale. Une jeune femme de terrain et de valeurs, lucide sincère et cash, résolument tournée vers un avenir commun qu’elle s’évertue à nous construire avec intelligence, pragmatisme et humanité.

  1. Ce que j’aime montrer de Bordeaux ?

Sa diversité

  1. Ce que j’aimerais cacher ?

Rien

  1. Le dernier endroit qui m’ait bluffé, surpris ?

 Un jardin derrière la résidence port de la lune à Bacalan

  1. Un grand classique de Bordeaux que je n’aime pas ?

L’entrecôte, parce que je ne mange pas de viande

  1. Les lieux moteurs de mon intégration à la ville ?

En fonction des années, ce serait le centre des Aubiers, la faculté de droit, la Victoire pour la fête, la rive droite et la bastide, le village de Saint Augustin

  1. Un bordelais qui m’énerve ?

Celui qui utilise son intelligence pour manipuler les foules

  1. L’endroit où l’on est sûr de me trouver ?

Sur le terrain, je suis rarement dans mon bureau

  1. L’endroit où l’on est sûr de ne pas me trouver ?

Dans les cocktails

  1. Suis-je transversale dans ma pratique de la ville ?

C’est dans mon ADN

  1. L’endroit où je n’avoue ne jamais être allée ?
  • Un que je n’assume pas : un théâtre de quartier
  1. Le « truc » auquel je crois et qui marchera ?

Le fait d’avoir une ville qui parie son avenir sur la résilience optimiste

  1. Si j’ai envie d’avoir la paix je vais où ?

Dans un livre

  1. La bordelaise importante des 10 prochaines années c’est qui ?

Un groupe, un collectif de personnes qui feront œuvre commune

  1. L’endroit où je ne vais jamais mais dont j’ai besoin de savoir qu’il existe ?

Darwin

  1. Bordeaux ville d’accueil, de bienveillance envers les nouveaux arrivants ?

Nous avons une grande capacité à accueillir la mixité

  1. Votre commune de la Métropole préférée ?

Pessac

  1. Un juron bordelais qui vous parle ?

Aucun

  1. A quoi reconnait-on un néo bordelais ?

On ne le reconnait pas : 25% des bordelais changent une fois tous les 6 ans

  1. BX, une ville où entreprendre ?

Oui, notamment dans les services aux personnes, le tourisme (alimentation), le numérique….

  1. Le plus beau projet pour la ville ?

Le projet de renouvellement urbain des Aubiers, l’ouverture imminente de Pola rive droite

  1. Votre « événement » bordelais préféré ?

Le feu d’artifice sur la Garonne

  1. Votre asso, club d’influence préféré ?

La prochaine qui va se créer et qui aura pour objectif un projet culturel de proximité

  1. Les lieux qui « font » Bordeaux ?

La place Pey Berland riche en symboles avec la vierge à l’enfant qui regarde au loin, l’hôtel de ville et le tramway. Et sinon le marché Saint Michel, les quais rive droite et les secteurs en marge

  1. Mon chef d’entreprise bordelais préféré ?

Le président de Domofrance, Mr Rondot

  1. La ligne de tram qui manque ?

Tous transports confondus, des lignes transversales de transports en communs doux

  1. De quoi le bordelais ne parle-t-il jamais ?

De l’avenir commun auquel il pourrait prendre part.

  1. Qu’est ce qui rassemble les bordelais ?

L’art de vivre

  1. Qu’est-ce que j’ai fait pour Bordeaux ?

J’ai développé des liens dans tous les secteurs, avec toutes catégories de bordelais, j’anime le pacte de cohésion sociale et territoriale. J’ai créé des lieux d’accueil de publics fragiles.

  1. Qu’est-ce que Bordeaux a fait pour moi ?

TOUT

  1. Votre « Bordeaux demain » c’est quoi :

Un collectif de citoyens mis en place avec des amis, nous sommes presque 300 à nous poser sans tabous des questions sur notre avenir et à chercher des solutions alternatives. Nous ne sommes pas assez de commerçants, artisans, entrepreneurs et artistes dont la sensibilité sur le monde représente une contre-attaque indispensable.

 

 

Guillemette Bardinet
Share
This